Pour reprendre le texte sur mon hypothèse basse (dans ce même forum ici), j'imagine, dans le futur, la situation de politique-fiction suivante : si le français comme langue persiste en France, nous serons, dans le pire des cas, car ce n'est pas bien entendu ce que je souhaite, en présence d'une société duale : entre ceux qui maîtriseront la langue et ceux qui la maîtrisont de moins en moins.

La suite ici
Sur le forum de la voix francophone :

         

Répondre à cet article